Extrait

le 20 juin 2009 par admin

La liberté

…toute notre vie peut se résumer à un enchaînement systémique d’évènements imprévus entre lesquels nous recherchons continuellement le bonheur, sinon au moins quelques instants de paix intérieure. C’est pourquoi nous ne pourrons jamais connaître notre avenir, nous ne pourrons jamais bâtir notre vie complète à l’avance, parce que notre vie ne dépend pas que de nous, mais en grande partie des autres et du reste du monde. Il est faux aussi de prétendre que l’astrologie peut vous prédire entièrement votre avenir, les gens confondent souvent astrologie et voyance. L’astrologie est là pour vous indiquer des tendances planétaires dans lesquelles heureusement votre libre-arbitre garde encore une marge d’action, de choix et de liberté. Ce serait triste, si vous connaissiez à l’avance le jour de votre mort, feriez-vous encore quelque chose ? Si vous vous voyez à l’avance périr bêtement comme un chien anonyme sans collier dans un accident la nuit par temps de pluie, allez-vous encore avoir le courage de vivre ? Aux éternels excités qui me klaxonnent sur la route pour un oui ou pour un non, parce que je ne roule pas assez vite ou que je ne les laisse pas passer, j’ai envie de leur demander :  » Serez-vous aussi pressés, le jour de votre mort ?  » Il faut faire avec…, mais il faut faire !
Ces exemples systémiques sont des cas extrêmes et non systématiques. Cependant l’animal humain vit en société, un système organisé, il ne vit pas seul, sauf exception qui confirme la règle : les moines ou les religieux par exemple, ces derniers ne vivent pas dans la liberté, mais dans une dépendance paisible à leur religion et à un autre monde dans lequel ils se sont réfugiés, pour avoir moins de désirs ; ils ont donc moins de conflits intérieurs parce qu’ils ont moins de tentations, mais ce n’est pas pour autant qu’ils ont trouvé la liberté ou la vérité. Cela veut dire que nous dépendrons toujours de notre entourage ou d’un système. Dans notre vie avec l’autre, notamment dans le travail, nous ne pouvons pas faire abstraction de lui, l’oublier. Nous devrons forcément à un moment donné répondre à ses sollicitations, lui donner notre avis, des instructions, ou lui demander nous-mêmes quelque chose, un renseignement, une aide, bref, nous aurons toujours besoin de lui. De même dans un couple, pilier de la vie familiale, il y aura toujours une interdépendance, avec laquelle il faudra faire, même si l’ego ne lâche pas facilement sa place. Notre attachement éventuel à des maîtres et guides spirituels peut accroître notre dépendance vis-à-vis d’eux, si à un moment nous n’avons pas pris des distances vis-à-vis d’eux, pour retrouver une certaine autonomie.

(in La liberté : mythe ou réalité ?, Editions Manuscrit.com, Paris, 2002)

| Posté dans Opus 2 : La liberté, mythe ou réalité ?

Comments are closed.